L'OIM Burundi au front contre les maladies épidémiologiques  

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fait don d'équipements le 3 mars aux services d'immigration du Burundi pour renforcer leur capacité à gérer les mouvements transfrontaliers aux frontières avec la RDC et avec le Rwanda, suite à une situation d’urgence de santé publique face aux maladies à potentiel épidémique.

Les équipements donnés incluent un système d'alimentation solaire complet pour fournir de l’électricité de manière continue aux postes frontières, du matériel informatique et du matériel de bureau aux points d'entrée de Gatumba et de Ruhwa situés dans les provinces de Bujumbura Rural et Cibitoke. Le présent don d'équipements contribuera à renforcer la capacité opérationnelle des points d’entrées dans leurs tâches quotidiennes d’enregistrement, d’identification, de prévention et de réponse aux potentielles urgences de santé publique aux frontières, protégeant ainsi les migrants et les voyageurs.

En outre, grâce aux nouveaux équipements et à la fourniture ininterrompue d'électricité, les services opérants à ces points d'entrée pourront fournir de meilleurs services aux migrants et disposer de capacités accrues pour gérer les flux de population au niveau des points d’entrée ciblés et reconnus comme prioritaires.

AJ Morgan, représentante de l’OIM au Burundi, a rappelé que ce don d'équipements fait suite à des évaluations techniques des besoins et à des formations ciblant les services d’immigration et de santé basés aux points d’entrée situés aux frontières entre le Burundi et la RDC, et entre le Burundi et le Rwanda, dans le but d'améliorer leurs connaissances en matière d’épidémies et de protection, afin de renforcer la préparation aux futures menaces pour la santé publique.

Le Commissaire Général des Migrations, Jimmy Hatungimana, a profité de cette occasion pour remercier chaleureusement l’OIM pour ces équipements qu’il vient de recevoir pour les postes frontaliers de Gatumba et de Ruhwa et pour la très bonne collaboration entre l’OIM et le Commissariat. 

‘’ Nous demandons à l’OIM de nous appuyer dans la mesure du possible à mettre en place MIDAS c’est-à-dire le système d’information sur la migration et l’analyse des données créé par l’OIM ’’, rappelle le Commissaire Général des Migrations, Jimmy Hatungimana. Selon lui, MIDAS serait autant bénéfique pour les services d’immigrations que pour les voyageurs.

 Ce projet a pu être mis en œuvre grâce au soutien du Gouvernement japonais et va contribuer de manière significative aux efforts nationaux entrepris en matière de prévention et de réponse aux maladies à caractère épidémique et aux catastrophes naturelles potentielles.

Auteur :Olivier Bizimana

The Um fashion